Un jeune homme nous quitte

ClaudebelandSuite au décès de Monsieur Claude Béland, c’est toute la société québécoise qui devrait lui rendre hommage. Cet homme qui a été entre autre Président du Mouvement Desjardins pendant 13 ans, de 1987 à 2000, ...

... faisait passer ses principes et ses convictions au-dessus de toutes les modes, les allégeances et les intérêts financiers. Je me souviens de l’avoir rencontré à l’assemblée annuelle de la caisse d’économie de Lanaudière au début des années 2000, peu après sa retraite à la tête du Mouvement Desjardins. Il était conférencier invité à la même table que Madame Laure Waridel; même s’il était beaucoup plus âgé qu’elle, ils partageaient la même pensée sur le mouvement coopératif et environnemental. Son propos était simple et clair, à la portée de tous, à des années-lumière de la langue de bois de nombreux politiciens et gens d’affaires qui s’exprimaient dans ces années-là.

Ses valeurs: le coopératisme, la démocratie, l’environnement, l’économie humaniste (mettre l’argent au service des gens) et la souveraineté du Québec. C’était un homme de conviction qui n’a pas eu peur d’affirmer encore dernièrement que le Mouvement Desjardins s’éloignait de plus en plus de la pensée d’Alphonse Desjardins et se rapprochait dangereusement de celle des grandes banques du monde capitaliste. J’ajoute aussi qu'il n’a pas eu peur de s’afficher comme souverainiste, même pendant son mandat comme président du Mouvement Desjardins, ce que peu de nos gens d’affaires québécois ont osé faire. C’est un grand Québécois qui disparaît; j’espère que sa pensée sociale, économique, environnementale et politique ne disparaîtra pas avec lui.

Jean-Noël Marion
Photo prise lors du déjeuner-croissant de mars 2015:
Crédit: Areq Lanaudière

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires

  • guibourg
    Merci beaucoup de ton témoignage sur Claude Béland.
    Oui, c'est un grand pionnier qui a tracé une route difficile exigeant l'engagement de tous les citoyens; malheureusement la machine politique préfère souvent s'en remettre aux géants financiers. N'empêche, l'idée d'achat local et d'économie circulaire fait lentement son chemin.