Maltraitance

Main tendueLa Journée internationale des personnes âgées (Nations Unies - 1er octobre) attire une enième fois notre attention pour réclamer que cesse la maltraitance envers les personnes aînés.

En lisant le communiqué de l'AREQ Nationale du 25 septembre, on se demande quel sera notre sort quand l'une ou l'un de nous sera hospitalisé en CHSLD. En résumé, que peut-on faire pour que non seulement les personnes âgées, mais toute personne vulnérable soit traitée avec respect et humanité?
Qu'est-il arrivé aux rapports maintes fois rangés sur des tablettes? On va s'émouvoir et s'indigner pendant quelques jours qu'une femme atikamekw de Manawan ait subi une maltraitance intolérable. Certaines personnes âgées subissent la même maltraitance. Oui, moi-même ou une autre personne malade, diminuée, délaissée, pouvons faire l'objet de mépris d'un membre du personnel soignant.
Comment se fait-il qu'une personne employée par l'État soit manifestement habituée à parler et agir ainsi? Cette personne n'est pas venue au monde avec le mépris inscrit dans son cerveau et son cœur. Cette personne a des consœurs et des collègues de travail dans l'équipe de soignants; comment se fait-il que ceux-ci ne soient pas intervenu auparavant ou aient toléré un tel comportement? Va-t-on me dire que son chef de service l'ignorait?

Les humains, chefs politiques ou simples citoyens, sont champions pour mener des guerres de mots et finalement ne rien faire. Je fais référence à la chicane « racisme ou racisme systémique? » Oui, pendant qu'on se chicane sur les mots, c'est du temps perdu pour agir. Et le mot systémique est aussi un beau prétexte pour rejeter le blâme sur l'institution, la collectivité, la culture environnante et éviter de critiquer nos propres manques, absences, préjugés racistes et retarder indéfiniment des solutions.

Quel geste poserai-je demain pour que s'améliorent nos relations avec les atikamekws, pour que les personnes âgées soient mieux traitées, surtout quand elles deviennent vulnérables? Dans les deux cas, le pire et le meilleur peuvent apparaître dans nos comportements. Le premier crime raconté dans la bible n'est pas de cueillir un fruit, mais bien un homme qui tue son semblable, son frère. Après le meurtre, le Seigneur demande à Caïn : «Où ton frère Abel?» Et lui de répondre : «Je ne sais pas. Suis-je le gardien de mon frère?» D'aucuns seront tentés de me dire que le récit est imaginaire, mythique, ou ... systémique : est-ce vrai que, devant un mal, nous sommes portés à dire : «Ai-je à répondre personnellement de ce qui est arrivé à cette femme atikamekw ou à cette personne âgée en soins de longue durée, morte déshydratée, privée de la main d'une personne chère?»

Crédit image : La Main tendue

Michel Bourgault

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires

  • Josée Desrosiers
    • 1. Josée Desrosiers Le 08/10/2020
    Bonjour Michel,

    Le sort des personnes en CHSLD m'inquiète, cette demeure ne sera-t-elle pas pour plusieurs la dernière ? Notre but dans la vie est de profiter du bon temps et non de finir nos jours dans la souffrance due aux mauvais traitements. Les personnes qui, bien qu'elles ne soient pas en âge d'être en CHSLD, ne peuvent subvenir seules à leurs besoins à cause d'une maladie mentale ou d'un handicap physique sont aussi à risque de subir des traitements qui ne sont pas adéquats pour les êtres vivants. Bizarrement, je souhaite partir avant de me rendre là! Je mourrai plus jeune mais bien traitée! Plusieurs personnes âgées se font battre, sont insultées, et souvent sont traitées comme des bêtes sauvages. Personne n'a le goût de subir les sévices des autres. Pourquoi les gens qui doivent se rendre en CHSLD pleurent à chaudes larmes sur le sort qui leur est réservé? Ces personnes savent qu'il y a de grosses chances qu'elles soient malheureuses, oubliées, maltraitées.

    Il faut que ça change, pour ça, il y a des efforts à faire, des idées nouvelles qui seront nécessaires, des employés, employées de plus, du personnel compétent et qui fait preuve d'empathie. Ces personnes qui se retrouvent dans les CHSLD sont celles qui ont aidé à bâtir le pays! Elles ne méritent pas un tel sort! En espérant que les gens évoluent et deviennent plus respectueux. Il faut garder espoir en l'humanité!

    Bonne journée !
    Josée :-)