Lanaudière et la FLG ?

  • Par guibourg
  • Le 29/05/2019
  • 2 commentaires

Lauregaudreault 1Le différend qui s'est manifesté à l'assemblée générale sectorielle 2019, concernant la fondation Laure-Gaudreault, me préoccupe. La démission en pleine assemblée de la responsable, Mme Monique Forest, une amie de plus de 10 ans, me secoue d'autant plus.

 

Je comprends sa déception devant le rejet par l'assemblée d'une demande de majoration du don annuel fait par notre secteur. J'ai moi-même contribué à ce rejet après avoir appuyé cette demande à l'AG 2018. Dans une assemblée générale, on appuie parfois des propositions sans connaître tous les tenants et aboutissants; je l'ai fait, je m'en confesse. En bref, je me suis opposé à la proposition de majorer la contribution annuelle de 1$ par membre à 2$, ce qui signifie de 1 500$ à 3 000$. Premièrement parce que je pense que le conseil sectoriel est mieux placé pour juger de la question, étant donné qu'il dispose de toutes les données budgétaires. Deuxièmement parce que je pense que le conseil devrait donner un montant égal au total des contributions individuelles des membres. Ça me semble raisonnable et aisé à établir. En 2018, les membres ont contribué pour environ 500$. Je pense que la contribution de l'année suivante devrait être établie à 500$.
On me dira que ça fait diminuer la contribution totale du secteur. Eh bien, oui, il faut prendre acte que nos membres ont choisi de soutenir mollement la fondation qui honore l'action de la fondatrice de notre association d'enseignantes et enseignants, Laure Gaudreault. Mais j'ai de la difficulté à comprendre que les membres de notre secteur rejettent ainsi l'opportunité d'honorer les luttes de cette pionnière et en même temps d'aider des associations et les personnes qui œuvrent auprès des personnes aînées, des éducateurs, des chercheurs et des écoliers. Peut-être n'ai-je pas assez parlé de le FLG à mes amis, ou encouragé les autres membres ? En tous cas, je me promets de le faire. Regardez-moi aller.
S'il y a d'autres raisons, qu'on me le dise en commentaire de ce billet.

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires

  • Michel Bourgault
    • 1. Michel Bourgault Le 15/06/2019
    Au déjeuner, mon épouse mentionne qu'elle a lu, dans le dernier Quoi de neuf (Été 2019), le témoignage de Robert Gaulin à propos de LAURE GAUDREAULT. J'admire sa curiosité et sa culture qui m'ont souvent ouvert des horizons. Cette fois, notre conversation porte sur une dame qui a été reconnue comme personnage historique du Québec par le ministère de la Culture. Et je suis impressionné par cette reconnaissance, car je trouve qu'on pourrait connaître et apprécier davantage nos pionniers et pionnières: grâce à Laure Gaudreault, nos salaires et rentes de retraite nous permettent de vivre, non dans le luxe, mais en sécurité et dans un certain confort.
    Le témoignage de Robert Gaulin me rappelle un devoir de gratitude et m'incite à contribuer davantage À LA FONDATION Laure Gaudreault. Comme lui, je mettrai la FLD en tête de liste de mes dons à des organismes de bienfaisance. Je me dois d'être non seulement solidaire avec cette pionnière, mais également cohérent avec une conviction qui donne sens à ma vie: l'aide aux souffrants et aux pauvres.
  • Michel Bourgault
    • 2. Michel Bourgault Le 15/06/2019
    Le Devoir publie ce samedi 15 juin 2019, dans sa chronique «Le Devoir de philo/histoire», un article de Serge Gauthier sur Laure Gaudreault. Le lire m'a permis de me souvenir de son engagement et de son action en faveur des institutrices rurales et à plus long terme de la profession d'enseignante et enseignant. Je vous invite à le lire: Laure Gaudreault, une éducatrice de terrain