Notre patrimoine naturel

JnmmilieuxhumidesNous pouvons bien déplorer les utilisations à courte vue de nos terres, mais surtout nous avons le pouvoir de conserver celles qui nous entourent et de recréer celles qu'on a détruites.

Graâce à l'œil d'un collègue de l'AREQ, admirons cette magnifique photo. Elle représente bien la richesse et la beauté de nos milieux naturels, où vivent ensemble animaux et plantes sur une de nos terres humides. Qui a eu la chance de voir une telle scène ne peut s'empêcher de vouloir conserver tel un précieux pratrimoine. S'informer, partager, s'impliquer, donner de soi, tels sont les actions proposées par la Fiducie de conservation des écosystèmes de Lanaudière (FCEL), un organisme de bienfaisance qui a pignon sur rue à Joliette.

Je découvre l'existence de cette fiducie qui dirige un projet de revalorisation de terres noires à l'Assomption. Il faut lire cet article pour se rendre compte combien il est difficile et long de recréer un milieu naturel et l'ampleur des dommages que peuvent occasionner la négligence, la cupidité ou le manque de réflexion, dans le cas présent le décapage de terres pour procurer du terreau à jardinage, communément vendue dans les grandes surfaces. Heureusement, de plus en plus de gens découvrent les vertus du compostage et les pratiques de culture durables.

Crédit photo: Radio-Canada/Chantal Srivastava

Mbepinette

 

Après avoir été sensiblisé comme l'a fait la projection du film DEMAIN, chacun de nous peut réfléchir sur les gestes qu'il pose quand ils touchent à la terre, aux plans et cours d'eau, aux animaux et à la végétation. Nous, retraitées et retraités, avons plus de temps pour réfléchir et un grand pouvoir, que nous sousestimons parfois, celui de nous unir aux efforts des plus jeunes qui nous indiquent la bonne voie. Je ne suis pas encore octogénaire, mais je plante des arbres et, comme dans la fable de LaFontaine, on pourrait juger ces efforts ridicules devant l'énormité de la tâche et la brièveté de mes jours. À vrai dire, je ne suis guère plus vertueux que la moyenne des gens, et il me suffit, en arpentant mon petit boisé, de m'émerveiller en ce mois de juin devant les pousses vert pâle de mes épinettes plantées l'an dernier. Tout en binant leurs alentours, j'aime bien imaginer que ma petite-fille ou mon petit-fils admirera à son tour le lent labeur de la nature et aura une pensée pour son aïlleul un peu fou.

Crédit photo entête: AREQ/Jean-Noël Marion

Crédit photo: AREQ/Michel Bourgault

Pour mieux connaître les efforts qui se font dans Lanaudière: Fiducie de conservation des écosystèmes de Lanaudière

 

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires

  • michelob
    J'ai beaucoup d'admiration pour la génération qui me suit. On peut déplorer ses manques et ses défauts: mais ne serait-ce pas égocentrique de penser que ma génération a été meilleure ou a mieux fait? Sur le plan de l'environnement, j'ai bien apprécié la réflexion du pape François Laudatio si! qui donne sens à notre vie commune en affirmant que la planète n'est pas un objet à exploiter, mais la maison que nous habitons et que nous devons protéger et aménager selon la justice pour la paix de tous et de toutes.
    Certains pensent que la foi chrétienne est disparue parce que nos églises et nos célébrations ont été désertées. ERREUR. Des réflexions comme celles de François me montrent que des projets comme celui de la Fiducie pour la conservation des écosystèmes nous rapprochent du Règne de Dieu qui a été la préoccupation première et l'enseignement de Jésus. Une pratique «religieuse» conforme à ce Règne veille à protéger la maison commune, nos écosystèmes.
    Résumé de l'encyclique Laudatio Si! : cliquez